Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 92513x visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Menu
Le lundi, c'est poésie - 2016 - 16 Mai-Arthur Rimbaud-Le dormeur du val

ARTHUR RIMBAUD  (1854 - 1891)

 

Daté d'octobre 1870, ce sonnet, sans doute le plus connu de Rimbaud, est inspiré par le désastre de la guerre de 1870 : c'est avec l'émouvante simplicité d'un tableau coloré d'apparence naïve que Rimbaud a choisi d'en dénoncer l'absurdité, lui qui déteste l'injustice et la petite bourgeoisie racornie.

 

 

Le dormeur du val

 

C'est un trou de verdure où chante une rivière

Accrochant follement aux herbes des haillons

D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,

Luit: c'est un petit val qui mousse de rayons.

 

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

 

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

Souriait un enfant malade, il fait un somme:

Nature, berce-le chaudement : il a froid.

 

Les parfums ne font pas frissonner ses narines;

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

                                                                                          Poésies


Date de création : 08/06/2016 @ 16:57
Dernière modification : 08/06/2016 @ 16:57
Catégorie : Le lundi, c'est poésie - 2016
Page lue 1682 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ô vous donc qui, brûlant d'une ardeur périlleuse   Courez du bel esprit la carrière épineuse   N'allez pas sur des vers sans fruit vous consumer,   Ni prendre pour génie un amour de rimer'     Nicolas Boilau
^ Haut ^