Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 92514m visiteurs

 12 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 09 novembre 2015-Charles Baudelaire-Correspondances

CHARLES BAUDELAIRE (1821-1867)

 

 

"Qui dit romantisme dit art moderne, -- c'est-à-dire intimité, spiritualité, couleur, aspiration vers l'infini, expérimentés par tous les moyens que contiennent les arts" (Salon de 1846)

C'est donc en héritier du romantisme, qui n'est "ni dans le choix des sujets ni dans la vérité exacte, mais dans la manière de sentir" (Ibidem), que Baudelaire se fait le héraut de la modernité. A la charnière du siècle, sa révolution poétique va jouer un rôle capital: la "sorcellerie évocatoire" des Fleurs du mal marque tous ceux qui exploreront à sa suite la puissance mystérieuse du Verbe.

Comme l'écrit Rimbaud à son ami Paul Demeny,"Baudelaire est le premier voyant, roi des poètes, un vrai Dieu" (15 mai 1871). Le principe de ce nouvel art poétique, élevé au rang d'une institution sacrée: la théorie des correspondances.

En guise de programme aux Fleurs du mal (1857), le quatrième poème de la section "Spleen et Idéal", en offre une leçon et un exemple: "Tout, forme, mouvement, nombre, couleur, parfum, dans le spirituel comme dans le naturel, est significatif, réciproque, converse, correspondant" (Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains, 1861).

 

 

 

Correspondances

 

La nature est un temple où de vivants piliers

Laisse parfois sortir de confuses paroles;

L'homme y passe à travers des forêts de symboles

Qui l'observent avec des regards familiers.

 

Comme de longs échos qui de loin se confondent

Dans une ténébreuse et profonde unité,

Vaste comme la nuit et comme la clarté,

Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

 

Il des parfums frais comme des chairs d'enfants,

Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,

-- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

 

Ayant l'expansion des choses infinies,

Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens

Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

 

Les Fleurs du mal, "Spleen et Idéal"

 

 

 

Le poème 'Correspondance' vu à travers la synesthésie:

Cliquez sur le lien:

http://bacdefrancais.net/correspondances.php

 

 

 

 

 

 


Date de création : 18/11/2015 @ 14:13
Dernière modification : 21/01/2016 @ 14:31
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 2297 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   «... Il ne peut exister sous le soleil d’œuvre plus absolument estimable, plus suprêmement noble, qu’un vrai poème, un poème per se, un poème qui n’est que poème et rien de plus, un poème écrit pour le pur amour de la poésie»   Edgar Allan Poe
^ Haut ^