Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 92513x visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 14 septembre 2015-Oscar Wilde-De Profundis-Suite

 

 

Oscar Wilde, dont le nom complet est, Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde est un écrivain Irlandais né à Dublin le 16 octobre 1854 et mort à Paris le 30 novembre 1900.

Au faîte de sa gloire, alors que sa pièce maîtresse L'importance d'être constant (1895) triomphe à Londres, Oscar Wilde poursuit le père de son amant Alfred Douglas pour diffamation, après que celui-ci a entrepris de faire scandale de son homosexualité. Après une série de trois procès retentissants, Wilde est condamné pour « grave immoralité » à deux ans de travaux forcés. Ruiné par ses différents procès, condamné à la banqueroute, il écrit en prison De Profundis une longue lettre adressée à son amant dont la noirceur forme un contraste saisissant avec sa première philosophie du plaisir. Dès sa libération en mai 1897, il quitte définitivement la Grande-Bretagne pour la France. C’est dans ce pays d’accueil qu’il met un point final à son œuvre avec La ballade de la geôle de Reading (1898), un long poème commémorant l’expérience éprouvante de la vie en prison. Il meurt à Paris en 1900, dans le dénuement à l'âge de quarante-six ans.

 

 

[...]  [...]

Des ecclésiastiques et des gens qui usent de phrases sans sagesse parlent parfois de la souffrance comme d'un mystère. C'est en vérité, une révélation. Elle permet de discerner ce que l'on avait jamais perçu encore et d'aborder l'histoire sous un angle différent. Ce que l'on a pressenti confusément, par instinct, en matière d'art est intellectuellement et émotionnellement conçu avec une parfaite clarté de vision et une intensité de compréhension absolue. Je vois maintenant que la douleur, étant émotion suprême dont l'homme soit capable, est à la fois le type et la pierre de touche de tout grand art. Ce que recherche toujours l'artiste est le mode d'existence où l'âme et le corps soient un et indivisibles, où l'extérieur soit l'expression de l'intérieur, où la forme se révèle. [...]

Derrière la joie et le rire  il peut y avoir un caractère grossier, dur, insensible. Mais derrière la douleur, il y a toujours la douleur. A l'encontre du plaisir, la douleur ne porte point de masque.

[...]

Mais tandis que se proposer de devenir meilleur, n'est qu'un cliché peu scientifique, être devenu un homme plus profond est le privilège de ceux qui ont souffert.

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 17/09/2015 @ 11:23
Dernière modification : 17/09/2015 @ 20:16
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 2181 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Seule la rose est assez fragile pour exprimer l'éternité'   Paul Claudel
^ Haut ^