Présentation

Fermer Commander

Fermer Nouveautés

Fermer Prix et concours 2016

Fermer Liens audio - Conférences

Fermer Pour Maya

Fermer Le Lundi, c'est poésie !

Fermer Le lundi, c'est poésie - 2016

Fermer Le Lundi, c'est poésie ! - 2017

Fermer Evènements

Fermer Evènements 2014

Fermer Evènements 2015

Fermer Evènements 2016

Fermer Evènements 2017

Fermer Extraits par thèmes

Fermer Ils chantent la poésie

Fermer Mes Poésies

Fermer Mon inspiration

Fermer Partenaires

Fermer Presse

Fermer Remerciements

Calendrier
Sondage
Comment avez-vous connu le site?
 
Par Karine
Carte de visite
Facebook
Connaissance
Lors d'une manifestation
Par hasard
Résultats
Webmaster - Infos
Recherche



Visites

 92513x visiteurs

 9 visiteurs en ligne

Menu
Le Lundi, c'est poésie ! - Lundi 25 mai 2015-Stanley Kunnitz-Fin d'été

Encore un poète Américain aujourd'hui !

STANLEY  KUNITZ (1905-2006)

 

 

FIN D'ETE

 

Une agitation de l'air

Une perturbation du jour

M'avertissent que l'an peu aimé

Tournerait sur ses gonds cette nuit.

 

Je me dressai dans le pré désenchanté

Parmi le chaume et les pierres,

Surpris, tandis qu'un petit ver me susurra

La chanson de ma moelle.

 

L'azur coula dans l'azur d'été,

Un faucon s'élança de sa tour sans nuage,

Le toit du silo flamba, et je compris

Qu'une époque de ma vie était révolue.

 

Au nord déjà la porte en fer

S'ouvre dans le bruit: oiseaux, feuilles, neiges

Poussent leur peuple en avant,

Alors que souffle un vent cruel.

 

 

Pour les puristes, voici la version d'origine en anglais, où l'on pourra mieux apprécier la versification et les subtilités poétiques que l'on ne retrouvent pas dans une traduction:

 

 

END OF SUMMER

 

An agitation of the air,

A perturbation of the light

Admonished me the unloved year

Would turn on its hinge that night.

 

I stood in the disenchanted field

Admit the stubble and the stones,

Amazed, while a small worm lisped to me

The song of my narrow-bones.

 

Blue poured into summer blue,

A hawk broke from this cloudless tower

The roof of the silo blazed, and I knew

That part of my life was over.

 

Already the iron door of the north

Clangs open: birds, leaves, snows

Order their population forth,

And a cruel wind blows.

 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 26/05/2015 @ 19:19
Dernière modification : 11/08/2015 @ 14:45
Catégorie : Le Lundi, c'est poésie !
Page lue 2425 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :   'Ô vous donc qui, brûlant d'une ardeur périlleuse   Courez du bel esprit la carrière épineuse   N'allez pas sur des vers sans fruit vous consumer,   Ni prendre pour génie un amour de rimer'     Nicolas Boilau
^ Haut ^